Colombie 2012

Flag_of_Colombia.svg
7

C’est en Amérique Latine que l’association Rugby French Flair a choisi une nouvelle fois d’ancrer son action en 2012 mais cette fois-ci en Colombie. Nouvelle destination, nouvelles rencontres, nouvelles émotions… ! Un séjour à nouveau ponctué de très nombreux temps forts : des moments exceptionnels de partage avec les enfants au cœur des communautés, la découverte d’un pays encore sous l’emprise des narco trafiquants mais qui s’ouvre aujourd’hui de plus en plus au tourisme et où le sentiment d’insécurité s’estompe peu à peu.

Mais revenons un peu en arrière : décollage de Roissy Charles de Gaulle le mercredi 21 novembre. Le groupe constitué de 30 joueurs dont une grande majorité d’anciens internationaux se retrouve à Paris en provenance de Toulouse, de Montpellier, de Toulon, de Narbonne, de Clermont Ferrand, de Paris et de Lourdes.

Direction Medellin après une courte escale à Bogota.. 20 heures de trajet. C’est long mais les grandes carcasses comprimées entre deux rangées de sièges semblent supporter le choc. Chacun sait qu’au bout du voyage, c’est le début d’une nouvelle aventure.

1ère étape : Medellin, 2ème ville la plus peuplée de Colombie avec environ 3,5 millions d’habitants, située à 1600 m d’altitude. C’est à environ 1 heure et demie de route de l’hôtel, qu’aura lieu la première rencontre avec l’association Colombianitos, une organisation non gouvernementale colombienne qui s’est fixée pour objectif d’atténuer les conséquences dévastatrices de la violence et du terrorisme en intervenant auprès des enfants, en encourageant leur scolarisation et en proposant de nombreux programmes d’animation et de loisir basés sur le sport.

Le décor est unique. Un terrain synthétique au cœur de nulle part situé en périphérie d’un petit village baptisé Barbosa. Des enfants de 2 à 12 ans, filles et garçons, tapent dans le ballon. Le contact s’établit immédiatement et les ateliers se forment. Les enfants apprennent à se faire des passes, à plaquer, à franchir, à faire des mêlées, tout cela sous le regard contemplatif de Jean-Pierre Garuet. Les séances de jeux sont entrecoupées par des danses folkloriques menées par des enfants et animées par des éducatrices membres de l’association : un florilège de couleurs. A l’autre bout du terrain les plus petits (moins de deux ans) apprennent à porter le ballon, à faire des roulades. Ces échanges s’interrompent par de nombreuses prises de photos et l’émotion est palpable.

Autre plaisir, autre lieu : la rencontre le lendemain avec les enfants des quartiers du centre de Médellin, organisée par la Fédération Colombienne de Rugby et un match contre les vétérans du club. 1600 m d’altitude : l’oxygène se fait rare mais le match se conclue néanmoins par une victoire de l’association Rugby French Flair.

2ème étape : Carthagène ,un vrai bijou. Une ville de plus d’un million d’habitants située au nord du pays sur la côte caraïbes. Classée au patrimoine de l’Unesco, la vieille ville entièrement ceinturée de remparts tient une place à part dans l’histoire du pays. Elle accueille aujourd’hui plus de 2 millions de touristes, preuve de l’ouverture progressive de la Colombie au tourisme. Le rugby sur place se fait rare. Au programme donc découverte de la vieille ville et excursion sur une île à une heure de trajet en bateau. Un moment très apprécié par les rugbymen.

3ème étape : Apartado. Départ de Carthagène depuis l’aéroport militaire en présence de la vice-ministre colombienne des affaires extérieures, Patti Londono Jaramillo, et d’une sélection de quelques anciens internationaux dont Emile Ntamack, Yann Delaigue, Eric Bonneval, Jean-Pierre Garuet, Jean-Louis Jordanna. L’encadrement militaire s’impose. La région d’Apartado située au nord-ouest de la Colombie, près de la frontière Panaméenne, est le théatre d’affrontements liant les Farcs et les trafiquants de drogue. Le gouvernement s’est fixé pour objectif de lutter contre le recrutement forcé des enfants par le biais du sport et en particulier le rugby. Dès notre arrivée sur place : escorte depuis l’aéroport jusqu’au cœur d’Apartado, conférence de presse en présence de la vice-ministre et du maire d’Apartado puis entrainement avec les jeunes. Une expérience unique et sans doute l’un des moments les plus forts pour ceux qui ont eu la chance de le partager .

4ème étape : Bogota. Nous y retrouverons l’association Colombianitos au cœur de Ciudad Bolivar, l’un des quartiers les plus sensibles de cette ville qui compte près de 7 millions d’habitants, où les enfants doivent supporter là encore la violence, la drogue et la guerre des gangs. Dans cet environnement difficile, l’association Colombianitos tente de ramener les enfants et les jeunes des rues de Bogota vers les terrains pour valoriser la formation scolaire et le lien social. L’environnement parle de lui même. La misère à flanc de montagne. Nous sommes à plus de 2800 m d’altitude. Le terrain : un simple stabilisé encadré par des habitations délabrées rafistolées à partir des seuls produits disponibles (morceaux de parpaings et de tôles ..). Au delà de cette misère ambiante, le contraste est énorme. Les enfants arborent des sourires éclatants : une leçon d’humilité et un bonheur irremplaçable partagés par tous.

La soirée organisée par les conseillers au commerce extérieurs en présence de l’ambassadeur et d’environ 150 invités permettra de collecter plus de 40 K€ qui seront reversés à l’association Colombianitos. Ce montant issu de la vente aux enchères de maillots signés par les joueurs des différents clubs du Top 14 et d’une participation du gouvernement colombien, va donner des moyens supplémentaires à cette association pour poursuivre son action. Cette mesure a été complétée par l’obtention d’un accord de financement par le gouvernement colombien d’un éducateur sportif en relation avec cette association.

Comme c’est maintenant le cas pour chacune de nos opérations: c’est le réseau des Conseillers au Commerce Extérieur de la France qui nous a permis de préparer cette mission sur le terrain, et qui s’assure, après le départ de l’association, de la continuité des actions engagées et de leur concrétisation.

Ces souvenirs sont bien sûr gravés dans la mémoire de chacun. L’association Rugby French Flair tient à remercier pour leur aide tous ceux qui ont aidé à monter cette opération : les nombreux partenaires financiers, les contacts sur place (conseillers au commerce extérieur, les services de l’Ambassade de France, le gouvernement Colombien ..), et enfin les joueurset leur implication sans lesquels cette association ne pourrait exister.

Un dernier clin d’œil enfin à Philippe Guillard consultant sur Canal + et Julien Creuzet, le caméraman, qui ont accepté de nous accompagner pendant ce séjour et nous ont permis grâce au film réalisé sur place, et que Canal+ a accepté de diffuser le 30 décembre dernier, de revivre ces grands moments.