• jauzion

Yannick Jauzion

« Mens sana in corpore sano »

Le rugbyman Yannick Jauzion est de ceux qu’on ne présente plus. En effet, son palmarès parle pour lui et l’ensemble des spécialistes s’accorde à le plébisciter en le situant parmi l’un des meilleurs centres de tous les temps. Et nous aussi !

Sa carrière :

En revenant sur son parcours, Yannick évoque son club originel, Graulhet, avec une réelle affection : «c’était un club dans la ville, j’y ai joué de petit jusqu’en équipe 1. C’était une ambiance très famille dont je garde d’excellents souvenirs ». La suite de sa carrière le mènera à Colomiers où il côtoiera entre autres Jean Luc Sadourny et Fabien Galthié qu’il évoque avec un respect certain : « Jean Luc donnait une impression de facilité, et plus qu’une impression d’ailleurs, avec un jeu d’une fluidité incroyable. Fabien lui était un remarquable meneur d’hommes avec un charisme qui te pousse à un investissement maximal». Francis Ntamack a sa vision « parlante » du joueur Jauzion : «J’ai toujours eu un regard très admiratif du joueur que j’ai vu arriver à Colomiers en 2000 : un tronc d’arbre sorti de Graulhet sur lequel venaient s’écraser les joueurs comme les moustiques sur un pare-brise … ». Un Francis Ntamack qui se régale à égratigner avec un respect non feint le monument Jauzion : « Certes Yannick a fait une petite carrière sympa mais ce qui me restera de lui, c’est sa formidable collection de chemisettes à fleurs ! Plus sérieusement, il n’était point hawaïen mais il a surfé sur la vague rugby comme un des plus grands qu’il est. Et l’homme est à la hauteur du joueur ».
Après deux saisons à Colomiers, il rejoindra le grand Stade Toulousain où sa carrière prendra un nouvel essor comme il l’explique clairement : «Au stade, j’ai eu la chance de jouer avec de grands joueurs ce qui m’a permis aussi d’enchainer les sélections avec l’équipe de France. Le 1er titre avec le Stade et la coupe du monde 2007 restent d’ailleurs deux moments forts dans ma carrière ».

Son implication à RFF

Yannick Jauzion a rejoint RFF après avoir été sollicité par Jean Baptiste Ozanne : « Quand le président m’a expliqué les fondements de Rugby French Flair, j’ai tout de suite accepté. Connaissant Francis Ntamack, Cédric Desbrosse et d’autres joueurs et en voyant leur implication, je me suis dit que je devais apporter moi aussi ma petite contribution à ce formidable projet ». Yannick revient sur sa première participation à RFF : « J’ai eu le privilège d’être de la mission à Madagascar en 2014 et j’en garde un excellent souvenir ». Et l’homme de reprendre le dessus sur le joueur : «notre sport, lorsque ses valeurs sont respectées, devient un formidable support éducatif. Quand on voit le regard vif, les sourires des gamins qui vivent dans des milieux défavorisés lorsqu’on joue avec eux, c’est une véritable leçon de vie. La solidarité, l’engagement et le respect nécessaires au rugby participent à l’éducation de ces enfants. Et la notion de plaisir, la notion de jeu devient une réalité pour eux et une véritable récompense pour nous » dit-il de sa voix sincère. Si la profondeur des propos est là, Yannick ne se prive de chambrer ses coéquipiers d’RFF avec lesquels il a partagé ces quelques beaux moments : « j’ai plaisir à retrouver mes anciens coéquipiers ou adversaires et découvrir ou redécouvrir les membres de la délégation à l’instar de Jean-Phi Lacoste. J’ai aussi pu constater, lors du match de gala contre l’équipe nationale de Madagascar, combien Francis Ntamack est resté jeune et en forme alors que de son côté Pierre Bondouy semble avoir perdu ses jambes : la vidéo du match peut en témoigner… Et voir Yann Delaigue avoir toujours la même ardeur en défense, ça fait plaisir… ».

De toute évidence, Yannick Jauzion apprécie son rôle au sein de RFF et son enthousiasme est communicatif. Vu d’en face, alors que Rugby French Flair affiche clairement la dimension humaine dans les fondements et la finalité de l’association, quelle fierté de compter en son sein une aussi belle personne que Yannick Jauzion !